#3 – Si tu penses petit, tu restes petit !

Comme si je n’avais pas assez à faire en ce début d’année, il me faut en plus penser à me projeter. Chose que j’arrive plus ou moins à faire aujourd’hui mais c’est encore loin d’être un automatisme.
Depuis deux ans, j’ai la chance de rencontrer pas mal d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise. Echanger avec eux est souvent motivant et captivant, parce que :
  1. Même s’ils sont très occupés, ils ont très souvent du temps à vous accorder, et donnent de précieux conseils autour d’un petit café, le tout de manière informelle. Au début, j’étais toujours gênée de demander mais en fait, ils aiment partager.
  2. C’est motivant d’entendre toutes ces histoires si singulières.
  3. Et puis, plus on entend ces histoires, plus on a envie d’écrire la nôtre 😊.

Quelques fois, il arrive même que ces discussions nous poussent à nous interroger sur nous-même.

giphy

C’est ce qui est arrivé il y a quelques semaines, quand j’ai rencontré Helena Mendes, fondatrice de la marque de cosmétiques naturelles Mawena Paris. Elle conçoit ses produits de beauté avec des femmes Mayas. Je l’ai rencontrée lors du lancement du troisième numéro de Confettis, un magazine qui met en avant les femmes qui entreprennent. Parmi les nombreuses activités proposées, un atelier de discussion entre Helena et plusieurs porteuses de projets.

Son projet, ça fait 4 ans qu’elle le porte. Elle est tellement investie qu’elle a quitté son métier de Political Adviser aux Nations Unies pour s’y consacrer pleinement.

Quelques jours avant son départ pour le Mexique, nous nous sommes données rendez-vous chez Starbucks. Helena me racontait plus amplement son projet et en profitait pour me donner de judicieux conseils. A mon tour je lui présentais le mien, quand elle m’arrêta et me dit ceci :

“Mmm… quand je t’entends parler tu me fais penser à moi il y a quelques années. Tu marches trop sur des oeufs. Tu es précautionneuse. C’est vrai que nous les femmes fonctionnons beaucoup ainsi. Les mecs voient grand, même plus grand que ce qu’ils sont réellement  (pas faux lol). En plus, nos origines africaines nous rendent très frileuses sur  les questions d’argent… Enfin, je pense que tu ne t’adresses pas forcément au bon organisme bancaire. Tu n’es pas dans leur cible. En fait, tu ne penses pas assez grand et pour le coup, je vais te dire quelque chose que j’ai appris au fil du temps : Si on pense petit, on reste petit…”

Si on pense petit, on reste petit…
giphy1

Cette dernière phrase résonnait dans ma tête. J’étais comme scotchée. Helena avait tellement raison. Je l’ai déjà dit, je ne me pas trouve foncièrement ambitieuse. Quand je regarde mon passé de salariée, de stagiaire il regorge plus de choix coups de coeur que stratégiques ! D’ailleurs, c’est pour ça que j’ai toujours pensé que, concernant mes domaines d’activité, j’avais  un CV un peu fourre-tout. En tout cas, c’est comme ça que je le décris 😅.

Pourtant, à terme, j’aimerais vivre de ce projet. J’ai plein d’idées en tête et puis j’ai quand même quelques points positifs à mon actif, que me rappelait Helena  :

  • Étant attachée de presse freelance, je peux pleinement développer mon projet et organiser mon temps ;
  • Je n’ai pas d’enfant, donc si je bouffe des pâtes, c’est moi et moi seule que ça regarde 😁.

A cela, je rajouterai aussi qu’il y a une jolie collaboration de travail en cours avec deux filles architectes très sympas.

Mais bon, si malgré cela, je continuais à penser “petit”, c’est qu’il y avait une raison ! Je répondais à Helena que j’avais l’impression qu’aujourd’hui dans les médias, les banques, partout, ce qui était vendeur c’était le TECH, LE TECH, LE TECH !!!  Et quand, en face, on se positionne avec un projet d’e-commerce déco/papeterie, on a un peu l’impression d’avoir un projet de seconde zone, et on revoie ses ambitions un peu à la baisse 😅.

Mais là aussi, remarque très juste d’Helena :

– Quand tu rapporteras de l’argent, tu crois que les banques vont te demander si celui-ci provient de l’univers du tech ?? Une entreprise reste une entreprise, quelque soit le secteur.

Pas faux, en effet.

A cela elle rajouta “De toute façon, tout le monde aura un point de vue sur ton projet, ton entreprise. Le tout, c’est simplement de ne pas être sa propre limite. Assume de vouloir faire grandir ton projet !”
Voir de manière réaliste mais voir grand ! Après deux bonnes heures de discussion, certaines choses avaient changé et me donnaient même quelques pistes sur l’organisation de mes prochaines semaines et prochains mois :). 
giphy2
Publicités