Bien-être au travail : Et vous, vous vous sentez comment ?

Cette année, comme tous les deux ans, l’observatoire Actineo publie les chiffres sur l’évolution du mode de vie des Français au travail. Cette fois-ci, le baromètre fait le focus sur l’espace de travail. Flex-office, nomadisme et télétravail font de plus en plus partie de notre quotidien. Aujourd’hui, on peut travailler de n’importe où : un café, un espace de coworking, un hôtel, chez-soi…

L’occasion de me rappeler que le cadre de travail a toujours été essentiel me concernant. Aussi bien à l’époque où j’étais salariée, qu’aujourd’hui à mon compte ! D’ailleurs, encore plus aujourd’hui, vu que je fais ce que je veux 😁. Et puis, mine de rien, le bureau c’est un peu notre deuxième maison, non ? Mes ex-employeurs avaient cette habitude de nous faire changer d’espace assez régulièrement, ce qui m’énervait au plus haut point. Je me rappelle notamment ce bureau, qui avait une fenêtre qui donnait sur le ciel. C’est stupide, mais le jour où j’ai dû le quitter, cela m’avait valu quelques mots avec mon boss 😅. J’avais besoin de voir ce ciel bleu, mais il ne le comprenait pas. Ça me motivait et me faisait un bien fou, surtout que l’espace de travail était bien sombre !

J’ai débuté mon activité de freelancing à la maison, mais trop mélanger pro et perso n’est pas l’idéal. De plus, je crois être foncièrement attachée à l’idée du bureau classique. Je ne voulais pas d’espace de coworking, endroit que je trouve assez impersonnel. Et j’ai besoin de voir un minimum les mêmes têtes, mais sans rapport d’autorité et pas tous les jours (complexe la fille, n’est-ce pas 😅 ?). Ma solution :  louer depuis l’automne dernier, un bureau à vingt minutes à pied de chez moi, à côté de la Place de Clichy.  Un petit espace dans un cabinet d’architectes très sympa dans lequel travaillent également des illustrateurs, une designer textile, et jusqu’à peu l’e-shop Mathilde Cabanas.  Nous devons être 10-12 maximum au total. Nombres parfaits.

IMG_0129.JPG

Tout ça pour en revenir à ce baromètre, donc  !

Il semblerait que globalement nous soyons satisfaits de notre qualité de vie au travail (87 %). C’est beaucoup. Cependant, d’autres chiffres remettent en question ce contentement global. Se sentir « stressé dans son travail » est le lot de 46 % des actifs qui y travaillent. Et 42 % d’entre eux se prennent parfois à penser que « leur travail manque de sens ».

Capture d’écran 2019-04-30 à 16.25.49

Ooooh, le manque de sens… Encore une caractéristique qui m’a poussée à quitter le salariat. J’aime beaucoup mon métier d’attachée de presse. Cependant au fil des années, j »avais remarqué que les conditions dans lesquelles je l’exerçais ne me correspondaient pas. Entre le stress inutile, les « drôles » de managers, les process pas adéquats, le sentiment de me sentir freinée. Me mettre à mon compte m’a permis d’établir mes propres règles, de faire les choses à ma manière. Bien sûr, ce sont d’autres contraintes, mais ça change beaucoup de choses, mais je vois une autre manière d’exercer et de mêler mon activité à d’autres aspects de ma vie.

Et qu’en est-il donc de l’espace de travail ?

Il semblerait que celui-ci influe fortement sur notre qualité de vie au travail. Pour 50 % d’entre nous, il a un impact « très important » sur notre santé, et pour 48 %, sur notre bien-être. 39 % jugent très important l’impact de notre espace de travail sur la qualité de notre relation avec nos collègues et 43 % considèrent que leur espace de travail a un impact très important sur notre motivation. On repensera à l’histoire de la fenêtre donnant sur le ciel :).

Capture d’écran 2019-04-30 à 16.25.40

Le nomadisme semble être une tendance qui se confirme et les lieux de travail se métamorphosent. 30 % d’entre nous sont des nomades réguliers. 25 % souhaitent « pouvoir choisir plus librement [leur] lieu de travail selon [leurs] besoins ». Je reconnais aujourd’hui avoir du mal à passer toute une journée dans un seul et même endroit. Même avec mon bureau, je ressens le besoin d’être aussi ailleurs en fonction des tâches que j’ai à faire, et en fonction de mon inspiration.  Aussi, j’alterne aussi entre mon chez-moi, des présences occasionnelles chez mes clients, la petite boulangerie de mon quartier qui possède un très charmant salon de thé. C’est d’ailleurs l’idéal pour y établir son emploi du temps de la semaine !

Conditions de travail, cadre, environnement… Même si les entreprises essaient – timidement – de tenir compte de ces évolutions, il reste encore un énorme travail à faire. Travailler plus librement où on le souhaite, comme on le souhaite, voilà l’aspiration dominante des salariés français. Pour l’instant ce n’est qu’en tant qu’indépendante que j’y arrive ! Et  vous, vous êtes comment à votre boulot ?

Pour découvrir le reste du baromètre, c’est par ici 👇

Capture d’écran 2019-04-30 à 19.35.58

Publicités